Les 3 Yi

Yimag.fr propose des articles de fond sur les styles et les écoles traditionnelles des arts énergétiques et martiaux chinois, sans oublier les versions modernes, ainsi que des points de vue de pratiquants, des rapprochements et des confrontations.

Après une longue hibernation, depuis février 2015, il est de nouveau proposé aux pratiquants de toutes les disciplines regroupées par la Fédération des Arts Energétiques et Martiaux Chinois (FAEMC, anciennement FFWushu).

Son titre est le fruit d’une réflexion menée en 2001 par Anya Méot, Antoine Ly et Marianne Plouvier, et qu’Antoine Ly a explicitée ainsi :

« Nous avons passé en revue les diverses appellations des arts corporels chinois, et nous avons trouvé wu yi, qui signifie art général de ce qui concerne les combats au sens noble et non purement technique du terme.

Mais le wu de wu yi, avec ses résonances franchement martiales, ne pouvait pas convenir au qigong et aux arts énergétiques. Alors pourquoi ne pas garder le yi, complet en lui-même, avec ses 3 significations pertinentes pour notre magazine des arts énergétiques et des arts martiaux chinois ?

3YI-1-5222eLe premier « Yi » est l’art, le talent et l’adresse. Il désigne les 6 arts de la Chine classique : littérature et calligraphie, musique, politesse, mathématiques, arts équestres, et tir à l’arc. L’idéogramme dessine des nuages, surmontés à gauche de deux terres symbolisant les directions cardinales, à droite, de grains, eux-mêmes couronnés d’herbe sauvage. Le yi des temps anciens était-il de savoir s’orienter, cultiver, et s’élever ainsi au-dessus de sa condition ?

Le second yi est l’intention et la pensée qui guident les déplacements corporels. Il désigne la base de tout mouvement, visible et invisible dans la pratique des arts internes. L’idéogramme représente « son sur cœur », ou la voix et l’expression du cœur. Le mot cœur étant entendu au sens médiéval du terme, comme signe de la conscience et source des qualités de caractère.

Le troisième yi est celui du Yi king (le livre des mutations). Il est le changement qui relie indéfiniment le yin et le yang dans le principe d’alternance, sans jamais les opposer. L’idéogramme montre un soleil sur une lune. Le rythme des jours et des nuits est le changement essentiel de notre vie, reliée à la nature.

Ainsi, le yi deviendra-t-il tour à tour yi-art, yi-intention, yi-mutation, à moins qu’il ne soit tout à la fois, l’art de la transformation par l’intention…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *